Vente à emporter : les infos avant de se lancer | Brake France
Skip to content Skip to navigation menu

Vente à emporter : ce qu’il faut savoir avant de se lancer

Vente à emporterAvec 56 % du marché, la restauration rapide s’impose comme la favorite des repas pris à l’extérieur (1). Se contenter du service à table revient donc à se priver d’une belle opportunité : la vente à emporter, qui vous permettrait de toucher une nouvelle cible, donc de vendre plus, sans surcharger la salle du restaurant. Brake vous dit tout ce qu’il faut savoir si vous souhaitez vous lancer !

 

 

 

Les obligations légales de la vente à emporter

En restauration, rien – ou presque – ne s’improvise. Avant d’adopter la vente à emporter pour compléter votre chiffre d’affaires, passez au crible les quelques obligations légales à respecter.

1 – La double immatriculation au répertoire des métiers

Première étape, immatriculez ! Se lancer dans la vente à emporter impose une double immatriculation au répertoire des métiers (ou registre des entreprises dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle) ainsi qu’au registre du commerce et des sociétés. Adressez-vous à votre Centre des formalités des entreprises (CFE) pour connaître la marche à suivre.

2 – La licence pour les boissons alcoolisées

Si vous disposez déjà d’une licence pour la consommation de boissons alcoolisées sur place, vous pouvez vendre les mêmes à emporter. Dans le cas contraire, vous devez disposer d’une licence spéciale :

 "petite licence à emporter" pour les boissons de groupe 3 (vin, bière, cidre…) ;

 "licence à emporter" pour tous les types de boissons alcoolisées autorisées.

3 – Les normes de sécurité alimentaire à respecter

Les normes de sécurité alimentaire à respecter sont les mêmes que celles concernant la préparation des plats à consommer sur place : locaux, équipements, déchets, hygiène, etc.

Un étiquetage sur le contenant n’est obligatoire que pour les denrées en libre-service telles que des barquettes pré-emballées. En revanche, les informations doivent être affichées sur place à côté du plat vendu. Enfin, le conditionnement doit être adapté et, si vous envisagez la livraison, gare à la conservation durant le transport !

Le bon emballage pour un plat à emporter

Les offres d’emballages

Vente à emporter informationsPas question d’envelopper vos frites dans le journal du jour ! Le respect des règles d’hygiène et de conservation nécessite une gamme d’emballages adaptés au contact alimentaire, capable de conserver vos plats cuisinés si besoin. Barquette, sac ou sachet, couverts jetables… de nombreuses solutions conçues spécialement pour la vente à emporter, avec la volonté de limiter l’usage du plastique, existent. Par exemple :

 

 

 

des boîtes repas kraft micro-ondables, aux formats variés afin de convenir pour des plats, des desserts ou des entrées ;

des sacs kraft ;

du papier spécial burger ;

des couverts jetables en CPLA, matière biodégradable par compostage.

Retrouvez la gamme Brake en ligne !

Le doggy bag

Si les doggy bags – ou « sacs à emporter » en bon français – ne font pas partie de la vente à emporter à proprement parler, ils constituent un atout de poids pour vos convives. En plus d’être aussi économiques pour vous que pour eux, ils font partie des engagements inscrits dans le Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire.

En vous permettant de développer l’usage du doggy bag, les emballages de vente à emporter ont ainsi un double emploi ! Proposez l’option à vos convives en salle, et profitez-en pour communiquer sur les autres solutions anti-gaspillage que vous mettez en place, de la vente à emporter à la valorisation des restes. Pour vous simplifier la tâche, vous pouvez également utiliser une application comme Too Good To Go… C’est aussi bon pour la planète que pour la réputation de votre restaurant !

La vente à emporter a le vent en poupe. Et elle vous offre la possibilité d’augmenter votre chiffre d’affaires simplement, entre mobilité et lutte contre le gaspillage alimentaire. Les clients en sont friands... Alors, pourquoi ne pas en profiter ?